Note de la fic : Non notée

La Penséedeo du jour


Par : Aradied, RedSky, edwado, Loiseau, Arbu, naon, Cuse, snake-of-fire, Conan, Gregor, Nemesisvsjill, Tigrou, VonDaklage, Droran, GreenStatik, Remedy, hui, Sheyne, Nirvana, Salmanzare, MotherFakeur, Bionus, PoulpeDeNoel
Genre : No-Fake
Statut : C'est compliqué



Chapitre 525 : Pensez à la fic du mois


Publié le 03/08/2012 à 00:44:22 par Droran

penséedéo n°524 :"La folle virée de Léopold, le chaton de la pensée 523, aux JO"
-------

Salut à toi lecteur de passage, écrivain à la recherche d'une gloire contenue ou animateur occasionnel du chat, c'est naon.
Camarades rédacteurs de pensées, arrêtez de vous chamailler, j'ai la solution! :noel:


Le chaton suivait attentivement sa mère, marchant sur le même trottoir , grimpant sur les mêmes gouttières , sautillant insouciamment au rythme de "Take Five" comme tout chat errant qui se respecte.
"Maman, je peux avoir ce chaton, s'il te plait.
-On va être en retard au parc et les vendeurs de stade olympique en plastique vont nous harceler dans la foule. Monte vite dans le bus, little darling!"
La jeune fille attrapa le chaton par la queue et le traina dans le véhicule. La mère du jeune félin ne vit rien, plongée dans le solo de batterie.
Le chaton griffa la main qui l'avait attrapé. Les autres occupants du bus, des touristes sans flegme, expulsèrent la chouineuse et sa famille sans ménagement.
Léopold arriva donc en au parc olympique. L'entrée lui fut aisée, n'ayant pas de sac à faire fouiller. Il fut tout de suite alléché par l'odeur du poisson. Il se rendit donc au McDonad le plus proche et fouilla les poubelles, comme à son habitude.
Il n'y trouva rien. Il dut donc se rabattre sur un moineau grassouillet, lui aussi habitué aux best of(©).
Repu, Le chaton blanc décida d'explorer les environs, dans l'espoir de rentrer chez lui, lui qui n'avait jamais quitté la banlieue sud-est.

C'est ainsi qu'il arriva à l'Aquatics Centre. Il vit des humains nager après une balle, dans l'eau. Il eut un instant l'envie de les rejoindre. Il se rapprocha du bord, les organisateurs accourraient déjà. mais l'écume rafraichissante lui vrillant les moustaches eut tôt fait de sa témérité. Il prit donc la fuite.
 Le mouvement de foule l’emmena alors dans le stade Olympique. Les tribunes ne l’intéressait pas. Léopold partit donc chasser le rat sur la pelouse centrale. Il croisa un troupeau bariolé. Il tenta d'attraper les lacets puis se remit en chasse. La pelouse était lisse. Il n'y avait nulle trace de rongeur, seule quelques mottes troublaient l'harmonie du lieu.
Il ne comprenait pas l'étrangeté de la situation, ce que signifiait la présence de taupes. (Pour vous, allez-voir la pensée n°216 de Droran sur le sujet.) Occupé à gratter la motte à la recherche d'indices, la peur le prit à la gorge lorsque un javelot vint se déposer près de ses coussinets postérieurs. Il courût comme le dératé qu'il était. (C'est à dire le ventre vide de rat.) Les poids et javelots sifflaient derrière lui. Il tomba dans un bassin, les coureurs de Steeple traversèrent la rivière au même instant. Le chaton d'un blanc plus marron/gris que blanc  fut rejeté sur la berge, lessivé.
Il atteignit finalement les vestiaires, nul ne l'avait encore remarqué. Il croisa alors un médecin affairé. Il le suivit, légèrement intrigué. Il se rendait aux toilettes les poches pleines. Léopold s'en désintéressa rapidement. Il reprit alors sa route, croisant une horde de gens en bleu, ceux qui habituellement le poursuivent au son du trombone. Ils ne le remarquèrent pas. Le portier par contre lui refusa la sortie .Il le garda le soir dans l'espoir de le revendre le lendemain à un vendeur de stade en plastique. Il le lava et fit une jolie photo à coté d'un annuaire.  Le Pakistanais lui échangea contre 7 Big Ben, 2 stades Olympiques et 4 Élisabeth, le chaton le valait bien. (Le cliché est gratuit.)
Personne ne s’intéressait à Léopold. Son propriétaire n'ayant pas les moyens de le mettre en refuge, il l'abandonna dans les bas-quartiers.Sa mère, inquiète de sa disparition,  miaulait un "Adios Muchachos" des plus émouvants. Leurs retrouvailles furent joyeuses au son de "Back Home Again In Indiana". Tout le quartier miaulait en cœur et la famille de jeune Léopold vécut heureuse jusqu'au marathon de Londres le jour suivant. Ils croisèrent la route d'Elmo sur le trottoir d'une pharmacie et explosèrent avec lui, sans bruit. Le lion avait tu le chaton.

(Voyez "Four lions" pour comprendre la fin. :( )
(Les épreuves ont toutes lieu en même temps et je vous emmerde. :hap: Et le marathon de Londres a été repoussé de quatre mois à cause du mauvais temps. :nah: )



Vous pouvez parler de tout en pensée, hein? pas besoin de paraphraser l'actualité ( :troll: ) ni d'évoquer le sujet d'une dizaine de pensées antérieures. Un peu d'imagination! :noel:
On va finir par revenir aux dessins (De chat si ça vient de moi...), autre sujet récurrent. Ou peut-être à la ligne de vérité (c'est à dire "pas de pensée pour raison x")?
 Je vous ferai le top 10 des sujets les plus évoqués en pensée, un jour. :hap:
"Le geste a beau être méprisable, il est ingénieux." à tous ceux qui s'aventurent à écrire des pensées emplies de haine. :hap: 
(Et j'offre un cadeau à celui qui trouve l'auteur de la citation. :) )


Commentaires