Note de la fic : :noel: :noel: :noel: :noel:

Le jour où je suis devenu prof !


Par : Salmanzare
Genre : Sentimental
Statut : Terminée



Chapitre 17


Publié le 08/08/2010 à 14:57:56 par Salmanzare

Parfois, on se sent si heureux que rien ne semble impossible. Vous connaissez ce doux moment où alors vous vous sentez déplacer des montagnes. Et lorsque soudainement, votre carapace de sécurité se brise. Il y a alors ce bref instant où l'on se situe entre deux mondes sans vraiment savoir sur quel pied se tenir. On se trouve ailleurs et l'on regarde le monde s'agiter sans vraiment en faire partie. C'était un de ses instants là.

Autour de moi, la panique enfle pour atteindre son paroxysme. Des coups de feu se font à nouveau à se faire entendre et la terre vole près de moi. J'entends les cris, les pleurs, même la terreur sourde est palpable. Ulric est le premier à retrouver ses esprits, il attrape la table sur laquelle nous avons posé la nourriture et la renverse pour s'abriter derrière. Le dos contre elle, il reprend sa respiration et hurle :

- Ici ! Venez vous mettre à l'abri.

Camille détale comme une lapine de sa cachette provisoire pour rejoindre Ulric. Les larmes font couler son maquillage outrancier, révélant alors le visage d'une jeune fille perdue, l'assurance d'ordinaire lui manque cruellement. Le coeur d'Ulric se serre devant ce spectacle. Dans un autre contexte, il aurait peut-être trouvé les mots pour dire ce qu'il ressent devant elle. Non, à y réfléchir, il n'aurait jamais réussi. Il prend les mains de Camille timidement et les serrent dans les siennes en la regardant tendrement. Il ouvre la bouche.

- On va tous mourir !

Ulric se tourna vers sa droite. C'est Florent qui vient de hurler juste à côté de lui, gâchant ce moment magique. Mais l'heure n'est pas aux reproches ni à la badinerie. Ils se sentent rassurés d'être plusieurs.

- Personne va mourir, dit calmement Ulric. Tant qu'on est ensemble, unis, nous sommes invincibles !

Il hésite, regardant les visages inquiets qui se sont posés sur lui. Il sait qu'il va devoir s'affirmer pour pouvoir prendre les rennes.

- Je vous jure que tout le monde dormira chez lui avant la fin de la nuit. Il y a sûrement une raison à tout ce merdier. On ne fait pas une chasse à l'homme comme ça enfin ! Je vais tirer les choses au clair. Et personne ne va mourir !
- Et Jack, demande Camille?

Ulric tourne la tête vers le loin, une larme perle au coin de l'oeil. Il ne répond pas, il n'a rien à répondre. Il ne veux pas y penser. C'est tellement invraisemblable. Jack était cet immortel sûr de lui en toute occasion. Il pouvait pas faillir. Les trois se serrent les uns contre les autres pour se rassurer. Pas vraiment camarades hier, la tragédie les lie à jamais. Les prémisses d'une amitié se fait sentir. Mais personne n'est là pour le voir. Tout semble si noir pour le moment. Une chouette hulule, transperçant la nuit, la forêt se fait abjecte !

C'est à ce moment que l'homme choisit pour sortir de l'ombre et marcher vers la clairière. Géant ! Peut-être deux mètres de haut, et un ventre en proportion. Il semble être un ogre dans l'obscurité. Un ogre armé.

Jaeger, Margaux et Pierre sont un peu plus loin, armés de branches enflammées, du moins ils se croient suffisamment en sécurité avec. Élie sur leurs talons, reprends son souffle difficilement. C'est Jaeger le premier qui remarque l'homme. Il en laisse tomber sa torche improvisé, se ressaisit et la ramasse. Il ne faudrait pas qu'en plus un feu se déclare.

- Ce soir, nous dînons en enfer !

Les trois autres se tournent vers leur ami. Jaeger sent dans cette occasion tant de possibilités, et par dessus tout, celle de briller ! Il se tourne vers Margaux, le sourire éclatant, l'adversité soudaine et le danger le révèle homme. Le dos droit, il est sublime et son regard fier embrase la jeune fille.

- Je suis amoureux de toi depuis la primaire Margaux. J'ai toujours adoré tes convictions, tes prises de parti et tout ça.

Son geste englobe le monde. La fille rougit timidement et Pierre lève son pouce en signe de victoire à Jaeger. C'est un nouvel homme à présent qui se tient devant eux. Il fixe alors résolument cet ogre armé, la scène lui semble irréelle, presque un jeux où il n'a plus qu'à appuyer sur les boutons pour commencer. Mais va-t-il gagner ? Rien n'est moins sûr. Alors il ignore la peur, sourit de nouveau à la jeune fille et serre le poing.

- J'ai toujours voulu devenir un héros, se dit-il pour lui même.

Et Jaeger fonce vers l'orée de la clairière, droit sur le danger, droit sur l'homme qui lève son arme vers le torse du jeune adolescent. Jaeger ignore cela, car il aime. Il aime assez pour donner sa vie et pour que la course ne vacille pas. Oui, c'est un homme résolu à présent. Son cri emplit le lieux farouchement et tout le monde se tourne vers lui. Médusé de voir leur compagnon prêt à les protéger sans se soucier de sa propre sécurité. Car ils l'entendent, ce n'est pas un cri de désespoir ! C'est celui du courage qui se transmet entre eux. Ils le comprennent doucement chacun, l'union fait la force. Ensemble ils sont plus forts que l'étranger armé.

Rien n'est perdu. Pas encore du moins. Mais au milieu, mon corps rappelle la cruelle évidence. Celle que même le meilleur des hommes est mortel. La tache rouge autour de moi s'est étendu, je souris en regardant les étoiles. Tout cela n'est plus de mon ressort à présent. Que puis-je faire pour eux. C'est maintenant que chacun va se révéler vraiment. Et la tache rouge s'étend encore, j'ai froid. Tellement froid. Mais c'est un beau soir ! Il fait si doux d'entendre le ralliement de ces anciens paumés. Dans leurs regards, je découvre la beauté pure. Celle de l'enfance, celle de l'adulte. Ces deux là se mélangeant pour transcender.

Ulric se lève alors.

- Nous sommes 300 !

Il éclate de rire, résigné lui aussi à ne pas baisser les bras.

- Vous savez quoi ? Je vous aime tous. Et c'est pas encore ce soir qu'on va se quitter !

Et lui aussi se met à courir vers la menace. A quelques mètres de Jaeger. Les foulées se délient, ils sont de plus en plus proches.

L'homme ajuste l'arme.

Jaeger est tellement proche.

L'homme tire.

Jaeger s'effondre.

Ulric s'arrête.


Commentaires